Vietnam : qu’est ce que le bétel ?

Publié le : 24 mai 20224 mins de lecture

Le laquage des dents et le bétel sont des traditions très anciennes. La chique est composée de la chaux, de feuille de bétel et de noix d’arec. Vous pouvez ajouter du tabac et de l’écorce de chay. À certaines occasions, notamment les mariages, les chiques sont faites en forme de phœnix. L’ensemble de noix de bétel comprend un petit couteau, un pot de chaux, une boîte à ingrédients et un crachoir. Le petit mortier est utilisé par les personnes âgées. Le bétel du Vietnam est essentiel pour tout rituel et rencontre.

Le bétel du Vietnam : c’est quoi exactement ?

Le bétel et l’aréquier existaient sur le sol vietnamien bien avant l’époque chrétienne. Donc, chiquer le bétel est également la tradition très ancienne au Vietnam, puis, dans l’ancienne Asie du Sud-est. La chique de bétel consiste en une feuille de bétel avec la pointe de chaux éteinte, le petit quartier du noix-d’arec qui est accompagné ou non de l’éclat d’écorce de la racine d’atocarpus. Alors, on la mâche longtemps dans la bouche, crachant de la salive rouge cinabre et des résidus. Jusqu’à 1960, presque toutes les femmes vietnamiennes en mangeaient et certaines en prenaient sans arrêt à la file.

Le bétel du Vietnam en médecine traditionnelle

La combinaison de la chaux et des éléments végétaux forment un type de remède contre de nombreuses affections, c’est-à-dire le mâchage en bouche prévient la mauvaise haleine et réduit les caries dentaires. La feuille de bétel du Vietnam qui est piquante pour l’odorat et le goût, qui est de nature tiède est antiseptique et peut calmer aussi le ballonnement, l’aérophagie, et les coliques, puis pour la lutte contre le hoquet des enfants ou les rhumatismes, les infections intestinales et la myopie des personnes âgées. Elle sert aussi en friction contre des refroidissements, en applique sur des furoncles afin de les faire mûrir et en bain contre des boutons de chaleur. De plus, la noix d’arec et l’amande sont astringentes, puis, produisent la chaleur piquante.

La coutume du bétel du Vietnam

La philosophie de base de la synthèse de nombreux éléments est cachée dans la coutume de bétel du Vietnam : l’aréquier tendant vers le haut représente donc le ciel : yang, la chaux, les minéraux, l’aréquier tendant vers le bas représente aussi la terre : yin. La liane de bétel qui entoure le tronc d’arbre, venant d’une terre, symbolise une position d’intermédiaire conciliateur. Cette combinaison dialectique du yin et du yang forme la combinaison harmonieuse parfaite. La fraîcheur d’une amende d’arec se mélange dans la chique de bétel, la chaleur piquante d’une feuille de bétel, le goût salé d’une chaux éteinte et la douceur légèrement grasse d’une racine d’atocarpus crée un excitant parfumant l’haleine, colore également les lèvres, active une circulation sanguine d’un visage qui imite une certaine ivresse. 

Plan du site